les musiciens


Aurore Bucher, Damien Pouvreau, Pauline Buet, Jérémie Arcache, Elodie Peudepièce, Carjez Gerretsen, Clémence Schaming, Vincent Flückiger, Cyrielle Eberhardt, Nina Daigremont, Benjamin Narvey, Maxime Penard...


Aurore Bucher




La soprano Aurore Bucher circule librement à travers les genres musicaux. Du chant grégorien aux créations contemporaines en passant par l’opéra et l’improvisation, elle chante sous la direction de chefs tels que Malgoire, Alessandrini, Niquet, Järvi ou Haïm et de metteurs en scène comme Wilson ou Marthaler. Dotée de nombreuses récompenses (prix de piano au conservatoire de Strasbourg, Premier Prix de chant au concours international des Symphonies d'Automne de Mâcon), elle a enregistré différents disques avec la Fenice, le Poème Harmonique ou la Chapelle Rhénane. Elle se produit à Pleyel ou au Théâtre des Champs Elysées mais son énergie et sa curiosité la poussent souvent loin des cadres traditionnels du concert classique. Ce qui lui importe c'est de raconter des histoires en musique, d'incarner des personnages et d’aller à la rencontre d’un public nouveau : avec l’Ensemble Justiniana, elle amène l'opéra dans les prairies de Franche Comté; avec Opéra Apéro elle se produit dans des hôpitaux, des centres d'hébergement d'urgence, des prisons, des bars. A ses yeux, la musique appartient d’abord à ceux qui l’écoutent.C’est dans cette perspective qu’elle fonde Virévolte à Strasbourg en 2013.


Damien Pouvreau



Guitariste polyvalent (musiques contemporaines, actuelles, musiques pour le théâtre), Damien Pouvreau se consacre ensuite à la pratique des instruments anciens : théorbe, luth, guitare.
Diplômé de l’Ecole Normale de Musique de Paris (guitare classique, classe d’Alberto Ponce), des conservatoires de Boulogne-Billancourt et du CNR de Paris (musique ancienne) où il obtient quatre premiers prix Mention Très Bien à l’unanimité (guitare classique, musique de chambre, instruments anciens et basse continue), il s’engage également dans la création au sein de son ensemble « Les Enfants de la Cour ».
Depuis 2007, il est l’auteur d’une dizaine de spectacles baroques mêlant littérature, théâtre, danse et musique pour des lieux prestigieux : Château de Versailles et de Fontainebleau, Cartoucherie de Paris, Nouveau Théâtre de Montreuil (CDN).
Il se produit en France et à l’étranger au sein de nombreux orchestres baroques et ensembles de musique de chambre avec lesquels il enregistre pour les labels Aparté Records, K617, Musiques à la Chabotterie…
Toujours avide de rencontres originales et d’expériences atypiques, Damien Pouvreau est aussi sollicité comme musicien et comédien par les metteurs en scène et auteurs contemporains :Alexandra Rubner (Parole de Silence, Théâtre d’Eu) Caroline Guth et Marco Horvat (Les Voyages de Bellerofonte, Palais Farnèse, Rome), Vanasay Kamphommala (Orphée Aphone, Théâtre de l’Odéon, Paris), Virginie Dupressoir (Pivoine montre ses saints, série télé)…
Il prépare actuellement un spectacle solo sur les écrits de son grand-père pendant la Seconde Guerre Mondiale.



Pauline Buet (photo de B. Martinez)


Issue d'une famille de musiciens, Pauline Buet reçoit un enseignement basé sur le plaisir du jeu, de l'écoute et de la découverte des répertoires. Ce sont ces mots d'ordre qui, tels un leitmotiv, dictent les choix de sa carrière et l'amènent à privilégier les formations chambristes et la Musique Ancienne sur instruments d'époque.
Membre du quatuor avec piano Giardini (soutenu par le Palazzetto Bru Zane - Centre de musique romantique française à Venise), de l'Ensemble Hypnos, du Concert Idéal, invitée de l'Armée des Romantiques, elle joue également auprès d' Emmanuelle Bertrand, Lise Bertaud, Magali Léger, le Quatuor Danel, Le Quatuor Diotima, Emmanuelle Zwiercz, Shunske Sato... Elle obtient en 2009 le Premier Prix et le Prix du Public au Concours International de Musique de Chambre de Trondheim en Norvège et se produit alors dans toute l'Europe du Nord, en Allemagne, Norvège (Trondheim, Bodo, Roros, Tromso), Danemark (Copenhague, Hindsgavl), Suède (Lyka), Belgique (midis-minimes, festival de Lasne, Flagey). En France elle s'est produit dans les Festivals (Toulouse d'été, Festival de Menton, Flâneries de Reims, Musée d'Orsay, Promenades Musicales en Pays d'Auge, Septembre Musical de l'Orne, Theatre Adyar, Theatre du Ranelagh etc...).
Elle aborde le répertoire ancien avec les plus grands ensembles notamment sous la direction de William Christie, ou Jean-Claude Malgoire avec qui elle enregistre deux disques. Basse continue des Musiciens du Paradis d'Alain Buet, on la retrouvera à la basse de violon dans l'Opéra Venus & Adonis de J. Blow au cours de la saison 2012-2013.
2013 verra aussi la sortie d'un disque autour de la musique de chambre de Théodore Dubois.
Pauline Buet est diplômée du CNSM de Paris et s'est perfectionnée auprès de Günter Pichler (Quatuor A.Berg) à Madrid, Peter Hörr à Leipzig, le Quatuor Artemis à la Chapelle Reine Elisabeth de Bruxelles
.











Jérémie Arcache a grandi dans la musique classique, étudiant le chant, le violoncelle, le piano et la direction d’orchestre dans différents conservatoires parisiens et à la Maîtrise de Notre Dame de Paris. Il y développe dès lors une ouverture musicale certaine au contact de professeurs tels que Stéphane Delplace (écriture), Nicolas Brochot (direction d'orchestre), Marina N'guyen Thé (violoncelle), Alain Buet (chant) ou encore Nicole Corti (chef de chœur).
A ses 19 ans il s’écarte de cet environnement pour plonger dans l’univers de la Pop. Sans vraiment en prendre conscience, Jérémie s’est retrouvé au cœur de la scène musicale actuelle française en formant le groupe Revolver avec Ambroise Willaume et Christophe Musset.
Après six années riches en expériences, trois albums studio dont deux disques d’or, 300 concerts dont des festivals de plus de 30 000 spectateurs, Jérémie forme c o d e, un projet orchestral ouvert sur le monde d'aujourd'hui. Il y fait se rencontrer des musiciens classiques, des artistes de musiques actuelles (Twinsmatic, Sage, Gaetan Roussel, Superpoze, Fauve) et des artistes visuels (NYX, Visual System) autour de résidences de concerts, de sessions en studio et de performances d'art contemporain. En perpétuel questionnement sur les cadres et les enjeux de la musique classique aujourd'hui, il collabore, au violoncelle ou au chant, avec de nombreux groupes qui partagent ces réflexions tel que Virévolte dirigé par Aurore Bucher.




Elodie Peudepièce-Widmer



Elodie Peudepièce-Widmer a choisi le violoncelle à l'age de 8 ans pour son timbre grave, puis la contrebasse à 19 ans pour son timbre très grave !! Après des études classiques au conservatoire de Strasbourg, Paris et Rueil-Malmaison, elle se tourne vers la pratique des instruments anciens, et adopte le violone pour jouer sa musique de prédilection, la musique ancienne. Elle se forme au près de Michele Zeoli, Rebeka Ruso et forge son expérience lors de tournée dans toute l’Europe avec l'European Union Baroque Orchestra. Aujourd'hui, Elodie joue au sein d'ensembles en France et à l'étranger comme Le Concert d'Astrée, Gli Angeli, Cantatio, Le Banquet Céleste, Les Musiciens du Paradis, L'Arpeggiata, Les Cris de Paris, Pygmalion, Le Parlement de Musique et La Chapelle Rhénane avec qui elle a enregistré plusieurs disques consacrés à Schütz, Bach, Buxtehude et Händel. Elodie enseigne la contrebasse au conservatoire de Strasbourg depuis 2010.





Né le 31 janvier 1984 à Groningen (Pays-bas), Carjez Gerretsen suit les traces de son père musicien et choisit tôt la clarinette comme moyen d'expression artistique. Après avoir intégré en 2000 au CNR de Nice la classe de Michel Lethiec qui lui donne la motivation pour se lancer complètement sur la voie musicale, il est admis quatre ans plus tard à l'unanimité au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Lyon dans la classe de Jacques Di Donato puis celle de Nicolas Baldeyrou. Il intègre ensuite la classe de clarinette basse de Jean-Noël Croq au CNSM de Paris.
Il est sélectionné en 2005 pour intégrer successivement l'Orchestre Français des Jeunes sous la direction de Jean-Claude Casadesus puis le World Youth Orchestra pour une tournée passant par Rome et New-York. Ayant remporté en Juillet 2009 le troisième prix du Concours International de Clarinette" Crusell" ainsi qu'en 2012 au concours international de Freiburg il joue en soliste avec des orchestres tels les Virtuosi di Kuhmo, l'orchestre régional de Cannes, le CIC chamber orchestra, le freiburger philharmonisches orchester. Clarinette solo de l’Orchestre des Lauréats du Conservatoire (OLC) de 2009 à 20011, il est régulièrement invité à ce poste dans des orchestres tels que l'orchestre d'Auvergne, l'orchestre du capitole de Toulouse, ou l'orchestre de Tours.
La musique de chambre occupant une place importante dans sa vie, il est régulièrement amené à se produire dans diverses formations aux festivals Les Musicales d'Auberive, Musique en Roue Libre, Festival de Menton, Festival Pablo Casals de Prades…On peut l'entendre régulièrement depuis quelques années avec les ensembles tels que L'itinéraire, Calliopée, Justiniana et l'ensemble Variances de Thierry Pécou dont il est membre fondateur.
Il découvre l'univers du théâtre en jouant dans "L'histoire vraie de la Périchole" mise en scène par Julie Brochen au Festival International d'Art Lyrique d'Aix-en-Provence en 2006. Par la suite, il jouera dans plusieurs productions de l'ensemble Justiniana où se mêlent théâtre et musique. En 2010, il retrouve Julie Brochen pour créer la musique de sa mise en scène de "La cerisaie" de Tchekov au TNS.
C’est pour mêler sa pratique de chambriste, son goût pour le théâtre et ses qualités d’improvisateur qu’il accepte de travailler avec Aurore Bucher dès la création de Virévolte en 2013 et qu’il se lance dans cette nouvelle aventure au croisement des genres.


Clémence Schaming


Après ses études au Conservatoire de Strasbourg, où elle obtient ses médailles d’or à l’unanimité de violon et de musique de chambre, Clémence Schaming poursuit sa formation à la Musikhochschule de Freiburg en Allemagne. Elle développe alors son expérience de l’orchestre en rejoignant les rangs du Philharmonisches Orchester Freiburg pendant deux ans. Son intérêt pour la musique ancienne la pousse à se spécialiser, en intégrant la Schola Cantorum Basiliensis de Bâle où elle travaille le violon baroque auprès de David Plantier.

Elle se produit avec des ensembles très variés, notamment avec le Parlement de Musique, la Chapelle Rhénane, le Concert d’Astrée, Akadêmia, l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg, La Follia et pratique régulièrement la musique de chambre en particulier en formation quatuor à cordes.

En parallèle à ses activités de concert, elle s’investit avec enthousiasme dans des projets de création pluridisciplinaires, de théâtre musical ou encore récemment avec la compagnie de danse « Mira » sur un spectacle regroupant danse hip-hop-contemporaine, percussion corporelle et musique.







C'est sur la guitare électrique, au sein de différents groupes rock de son Helvétie natale, que Vincent Flückiger fait ses premières gammes. Une curiosité dévorante le fait sortir des caves enfumées pour se consacrer à l'étude des luths et de la musique ancienne, au Centre de Musique Ancienne de Genève, puis auprès d'Hopkinson Smith, à la Schola Cantorum de Bâle. Il se produit depuis comme musicien indépendant là où le devoir et le plaisir l'appellent, avec entre autres les Ombres, le duo M&M, l'Akademie für Alte Musik Berlin, la Chapelle Ancienne, Turicum ou la Camerata Bern. Après avoir débranché ses amplificateurs pendant près de dix ans, la flamme électrique renaît en lui et il se relance avec bonheur dans des aventures jazz-pop-fusion, s'essaie à la programmation électronique, principalement au sein du groupe Heima. La proposition de suivre les virévoltes d'Aurore était donc irrésistible...








Cyrielle Eberhardt commence ses études de musique au Conservatoire National de Région de Metz où elle obtient successivement le Diplôme d’Etudes Musicales (DEM) de formation musicale (2001), de piano (2001), de violon moderne (2003), d’accompagnement au piano (2004) et de musique de chambre (2004). Elle se dirige ensuite plus particulièrement vers l’étude du violon baroque, d’abord au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles dans la classe de Sigiswald Kuijken, puis dans celle d’Alice Piérot à Aix-en-Provence, d’Enrico Gatti à La Haye, et de Patrick Bismuth au CRR de Paris, puis obtient un master en violon baroque au CNSM de Paris dans la classe de François Fernandez. Elle a en outre suivi d’octobre 2002 à janvier 2005 la Formation Supérieure aux métiers de l’orchestre classique et romantique sur instruments d’époque, sous la direction artistique de Philippe Herreweghe et a participé aux tournées de l’Orchestre Baroque de l’Union Européenne pendant 2 ans, sous la direction de Lars Ulrik Mortensen, Jaap Ter Linden et Christophe Coin. Sa participation à l’Académie Baroque d’Ambronay, sous la direction d’Hervé Niquet en 2007, et à une tournée avec Les Arts Florissants, sous la direction de William Christie en 2008 lui ont permis d’approfondir sa formation en interprétation de la musique française. Cyrielle se produit actuellement au sein de différents ensembles tels que Pygmalion, Les Nouveaux Caractères, Orféo 55, Les bijoux indiscrets, Le Banquet Céleste, Le Parnasse Français, La Chapelle Rhénane, La Symphonie des Lumières, Les Musiciens du Paradis. Elle est par ailleurs membre fondatrice et premier violon de l’ensemble Les Curiosités Esthétiques.
Par ailleurs elle développe son intérêt pour la scène et la création en travaillant notamment avec Arnaud Marzorati, et sa Compagnie l’Heureux Moment, avec qui elle joue aussi du piano et de l’accordéon. C’est tout naturellement qu’elle a accepté de participer à la création du nouveau spectacle de Virévolte : « Johnny fais moi mâle ! ».



Nina Daigremont



Bercée par la musique depuis son plus jeune âge, Nina réalise très vite qu’en écouter ne lui suffira pas!
Après quelques années de piano elle découvre le cor et ne le quittera plus. La musique ancienne et les instruments d’époque la fascinent, elle étudie donc en parallèle à Paris le cor naturel et le cor d’harmonie dans la classe d’Emmanuel Padieu et celle de Jean-Michel Vinit au CRR de Rueil-Malmaison. Quand elle ne souffle plus, pose ses casseroles et son appareil photo, elle prend sa guitare, son mélodica et aime participer à divers festivals et projets pour mélanger les styles, du monde, baroques, jazz , pop ou même électroniques. Impossible donc de ne pas suivre Aurore Bucher dans le tourbillon magique de Virévolte...







Luthiste et musicologue, Benjamin Narvey est né à Montréal. Après ses années de conservatoire supérieur au Canada, il est élève de David Miller au Guildhall School of Music & Drama de Londres, et perfectionne sa pratique de l'interprétation baroque avec Paul O'Dette, Nigel North et Hopkinson Smith. 
Désormais établi à Paris, il travaille comme continuiste sous la houlette de divers chefs d'orchestre comme Paul Agnew, Christian Curnyn, Ton Koopman, Sir Roger Norrington ou Kenneth Weiss. Il fait également partie des deux ensembles baroques de Sir John Eliot Gardiner, le Monteverdi Choir & Orchestra et les English Baroque Soloists. Il collabore par ailleurs avec divers ensembles français tels que Les Musiciens de Saint-Julien (dir. François Lazarevitch), Fuoco e Cenere (dir. Jay Bernfeld), l'Ensemble le Palais Royal (dir. Jean-Philippe Sarcos) ou l’Ensemble Amarillis (dir. Héloïse Gaillard & Violaine Cochard), et fait partie du jeune ensemble Il Caravaggio. Il se produit dans le cadre de nombreuses salles de concert (Opéra de Paris, Théâtre des Champs-Elysées, Royal Albert Hall, Carnegie Hall, Kennedy Center) ou festivals internationaux (London Handel Festival, Brighton Early Music Festival, Festival de Musica Antigua Ubeda y Baeza, Vancouver Early Music Festival). Il participe régulièrement à des spectacles de théâtre, en particulier avec le Shakespeare's Globe Theatre, et à des productions de films pour France 3 ou ARTE. Son premier disque solo, "Psyché : Weiss and the French School" (Gamut Music, USA) sortira en 2015.

Benjamin consacre également à la musique baroque française des travaux universitaires. Il a remporté en 2008 le premier prix décerné par le magazine Goldberg pour récompenser les meilleurs essais musicaux. Sa thèse de doctorat, The French Lute during the Reign of Louis le Grand (Université d'Oxford, 2010), qui constitue la première histoire culturelle du luth français pendant le Grand Siècle, paraîtra en 2015 aux éditions de l'American Lute Society. Après deux post-doc à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (2008-2009) et à l’Institute of Musical Research, University of London (2010-2011), il poursuit à présent ses recherches de manière indépendante, parallèlement à son activité de musicien.


Maxime Penard 

À l'âge de neuf ans et désireux de faire du hautbois, c'est à la suite d'un malentendu que Maxime s'est retrouvé élève dans la classe de clarinette du conservatoire d'Amiens. Finalement, il découvre assez rapidement son amour pour cet instrument. Au fil des rencontres avec Michel Arrignon puis Florent Héau, il s'est construit une personnalité qui l'a amené à suivre l'enseignement de Thomas Friedli à la HEM de Genève. À ses côtés, il a attrapé la fièvre de la musique de chambre. Au même moment, sa rencontre avec le clarinettiste Antoine Marguier a été primordiale et il lui a transmis son amour du répertoire symphonique. Après le diplôme de concert au conservatoire de Genève, Maxime s'est perfectionné Alessandro Carbonare au Conservatoire de Milan et de David Walter au Conservatoire National Supérieur de Paris. C'est durant ces dernières années d'apprentissage que Maxime s'est forgé sa personnalité musicale.
Durant ces études, il est récompensé lors de plusieurs concours tels que le concours Européen « musique d’ensemble » et le concours de Riddes. En 2006, il devient également clarinette basse solo au sein du prestigieux Gustav Mahler Jugendorchester où il joue sous les baguettes de Claudio Abbado, Philippe Jordan, Myung-Whun Chun, dans toute l’Europe (Musik Verein de Vienne, Royal Albert Hall de Londres, Théâtre du Châtelet…), au Brésil et en Argentine. Passionné par la musique de chambre, il crée parallèlement plusieurs formations : le Quatuor Anches Hantées, avec lequel il a enregistré trois disques, et l’Ensemble Artefact. Depuis 2009, il est clarinette basse solo de l’Orchestre Symphonique de Mulhouse et est régulièrement sollicité par l'orchestre de l'opéra de Zurich, l'orchestre national de France et l'orchestre philharmonique de Strasbourg.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire